En passant par Tegucigalpa, un jour de coup d'Etat
. ....... .............................. ................... Choses vues : Voyage du Guatemala au Panama. Mai - septembre 2009.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Où suis-je actuellement ?




«  Novembre 2019  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 



Rubriques


Menu


Renaissance d'une cooperative sandiniste ?

Le Nicaragua celebre cette annee le 30e anniversaire de la revolution sandiniste qui a mit fin a la dictature de Zomosa.

 

Je suis arrive la semaine derniere a Santa Rosa dans une cooperative agricole creee en 1983 suite a cette revolution et sur les terres de grands proprietaires terriens. La terre est propriete de la communaute mais une parcelle est attribuee a chacun (en usage) pour cultiver du haricot rouge, mais ou legumes. Le betail est gere en commun ainsi que les reparations de clotures, le nettoyage etc.

 

Ce qui est interessant c est l histoire de cette communaute. Elle a demarre sous le gouvernement revolutionaire avec 37 familles, aujourd'hui il y en a une centaine. Mais l evolution est mouvementee.

Les premieres annees sont aussi celles de la guerre civile avec la contre revolution. Les combats affectent particulierement la region de Santa Rosa, beaucoup d hommes sont mobilises par l armee. Pourtant c est presque un age d or pour la cooperative : le gouvernement (de Ortega deja) offre un fort soutien (credit, fertilisants, materiel, service de sante sur place...) de meme que les allies sovietiques et cubains.

En 90 les elections mettent fin a la guerre, mais placent au pouvoir l opposition liberale qui retire le soutien aux cooperatives, beaucoup sont rachetees par les anciens grands proprietaires. A Santa Rosa on "lutte" pour "survivre" (ils le disent ainsi) et on "ne vend pas un pouce de terrain", le betail est vendu peu a peu pour payer les forts impots sur la terre du nouveau gouvernement. Il y a beaucoup de militantisme dans cette resistance : "nous ont est restes unis, on a continue a travailler ensemble" (contrairement aux autres).

Il faut dire qu ils ont aussi quelques avantages concrets : beaucoup de terres, des sources d eau pour cultiver des legumes pendant la saison chaude...

 

Toujours est il que, selon eux c est la seule cooperative toujours existante dans le pays aujourd hui (oú la terre est encore commune, d autres existent mais la terre est individualisee) et ainsi elle serait la seule a perpetuer le mouvement lance par le leader meme de la revolution : Sandino (qui avait cree une cooperative en 1956).

 

Inutile de dire qu ils ont accueillit avec plaisir la victoire du camp sandiniste (et Ortega redevenu president) en 2007. Entre autre ce gouvernement a reforme la loi des cooperatives et promet un nouveau soutien a condition que les cooperatives respectent une certaine organisation et regles strictes de gestion.

Du coup branle bas de combat a Santa Rosa : c'est l occasion que l on attent depuis bientot 20 ans, l espoir pour lequel "on a lutte" qui a permis de "survivre"... Peut etre l impression qu ils vont etre recompenses de leur fidelite a la revolution ?

En tous cas on s organise d avantage, on cree les commissions exigees par la nouvelle loi et on s y conforme point par point. Elle est tres regulierement citee dans les conversations. A partir de cette annee 10% de la production de chacun sera vendue directement par la cooperative pour financer des projets communs.

 

Il est difficile de savoir exactement ce qui releve de la loi, ce qui est nouveau (par exemple, il existait deja un conseil d administration, un plan de travail, une comptabilite), et ce qui est propre a l initiative locale. Mais ce qui est sur c est qu on va plus loin qu avant et qu il regne une ambiance de nouveau depart, de deuxieme chance.

Pour le moment aucune aide du gouvernement n'est encore arrivee - il faut remplir les exigences pour y avoir droit - seuls quelques programmes, internationaux principalements, aident. L attente est grande envers ce nouveau soutien mais surtout, dans des conditions de vie difficiles (eau a l exterieur des maisons, electricite depuis 3 ans seulement, quasiment aucune machine pour le travail agricole...) ca redonne l espoir d une amelioration et la possibilite de s en sortir ensemble.

En tout cas c est mon impression.

 

Question maintenant, l aide attendue va t elle venir ? et si non, va t on retomber dans une periode de survie ou bien, la nouvelle organisation (qui peut aussi permettre d etre plus visible envers tous les organismes d'aide internationaux), la mutualisation de davantage de ressources permettront d ameliorer les conditions de vie avec ou sans l aide du gouvernement ?


Publié à 03:45, le 15/08/2009, Ocotal
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien