En passant par Tegucigalpa, un jour de coup d'Etat
. ....... .............................. ................... Choses vues : Voyage du Guatemala au Panama. Mai - septembre 2009.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Où suis-je actuellement ?




«  Novembre 2019  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 



Rubriques


Menu


disparition

Un petit message pour vous dire que je n ai pas disparu. Il semblerait q´un jeune britanique n ait plus donne de nouvelles depuis 10-15 jours. Il etait au Panama, Je lui ressemblerais selon les policiers qui m ont demande m ont passeport il y a quelques jours (en meme temps ils n avaient ni son nom,  ni sa nationalite de facon certaine, ils avaient vu l info a la tele...)

Donc voila je suis pas loin de Colon au Panama sur le depart pour une ferme ecologique tenue par un basque francais. Tout va bien.

 

Ah si grande nouvelle : je rentre plus tot que prevu (enfin, la seconde prevision), je prends l avion le 15 septembre dans 8 jours. Hate de vous revoir !

 

Ces derniers jours je l ai joue cool : tourisme au costa rica et panama, il faut reconnaitre que c est agreable !

 

j espere finir par le canal

 

a bientot

adrien



Publié à 17:11, le 7/09/2009, Panamá
Mots clefs :
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Renaissance d'une cooperative sandiniste ?

Le Nicaragua celebre cette annee le 30e anniversaire de la revolution sandiniste qui a mit fin a la dictature de Zomosa.

 

Je suis arrive la semaine derniere a Santa Rosa dans une cooperative agricole creee en 1983 suite a cette revolution et sur les terres de grands proprietaires terriens. La terre est propriete de la communaute mais une parcelle est attribuee a chacun (en usage) pour cultiver du haricot rouge, mais ou legumes. Le betail est gere en commun ainsi que les reparations de clotures, le nettoyage etc.

 

Ce qui est interessant c est l histoire de cette communaute. Elle a demarre sous le gouvernement revolutionaire avec 37 familles, aujourd'hui il y en a une centaine. Mais l evolution est mouvementee.

Les premieres annees sont aussi celles de la guerre civile avec la contre revolution. Les combats affectent particulierement la region de Santa Rosa, beaucoup d hommes sont mobilises par l armee. Pourtant c est presque un age d or pour la cooperative : le gouvernement (de Ortega deja) offre un fort soutien (credit, fertilisants, materiel, service de sante sur place...) de meme que les allies sovietiques et cubains.

En 90 les elections mettent fin a la guerre, mais placent au pouvoir l opposition liberale qui retire le soutien aux cooperatives, beaucoup sont rachetees par les anciens grands proprietaires. A Santa Rosa on "lutte" pour "survivre" (ils le disent ainsi) et on "ne vend pas un pouce de terrain", le betail est vendu peu a peu pour payer les forts impots sur la terre du nouveau gouvernement. Il y a beaucoup de militantisme dans cette resistance : "nous ont est restes unis, on a continue a travailler ensemble" (contrairement aux autres).

Il faut dire qu ils ont aussi quelques avantages concrets : beaucoup de terres, des sources d eau pour cultiver des legumes pendant la saison chaude...

 

Toujours est il que, selon eux c est la seule cooperative toujours existante dans le pays aujourd hui (oú la terre est encore commune, d autres existent mais la terre est individualisee) et ainsi elle serait la seule a perpetuer le mouvement lance par le leader meme de la revolution : Sandino (qui avait cree une cooperative en 1956).

 

Inutile de dire qu ils ont accueillit avec plaisir la victoire du camp sandiniste (et Ortega redevenu president) en 2007. Entre autre ce gouvernement a reforme la loi des cooperatives et promet un nouveau soutien a condition que les cooperatives respectent une certaine organisation et regles strictes de gestion.

Du coup branle bas de combat a Santa Rosa : c'est l occasion que l on attent depuis bientot 20 ans, l espoir pour lequel "on a lutte" qui a permis de "survivre"... Peut etre l impression qu ils vont etre recompenses de leur fidelite a la revolution ?

En tous cas on s organise d avantage, on cree les commissions exigees par la nouvelle loi et on s y conforme point par point. Elle est tres regulierement citee dans les conversations. A partir de cette annee 10% de la production de chacun sera vendue directement par la cooperative pour financer des projets communs.

 

Il est difficile de savoir exactement ce qui releve de la loi, ce qui est nouveau (par exemple, il existait deja un conseil d administration, un plan de travail, une comptabilite), et ce qui est propre a l initiative locale. Mais ce qui est sur c est qu on va plus loin qu avant et qu il regne une ambiance de nouveau depart, de deuxieme chance.

Pour le moment aucune aide du gouvernement n'est encore arrivee - il faut remplir les exigences pour y avoir droit - seuls quelques programmes, internationaux principalements, aident. L attente est grande envers ce nouveau soutien mais surtout, dans des conditions de vie difficiles (eau a l exterieur des maisons, electricite depuis 3 ans seulement, quasiment aucune machine pour le travail agricole...) ca redonne l espoir d une amelioration et la possibilite de s en sortir ensemble.

En tout cas c est mon impression.

 

Question maintenant, l aide attendue va t elle venir ? et si non, va t on retomber dans une periode de survie ou bien, la nouvelle organisation (qui peut aussi permettre d etre plus visible envers tous les organismes d'aide internationaux), la mutualisation de davantage de ressources permettront d ameliorer les conditions de vie avec ou sans l aide du gouvernement ?



Publié à 03:45, le 15/08/2009, Ocotal
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Pause

je me rends compte que depuis le coup d'Etat, je n'ai pas vraiment evoque d autres sujets, et ca fait plus dún mois. Il faut dire que c'est d'une part toujours d'actualite et tres suivi dans les pays voisins ou je suis depuis. Et puis des circonstances personnelles qui n aident pas : j ai quitte le salvador pour le Nicaragua - et donc franchit la frontiere Honduras-Nicaragua - deux jours avant que Zelaya ne le fasse dans l autre sens. En plus en ce moment je suis a ocotal, et si certains suivent de pres cette affaire - mais je n ai pas l impression que ce soit trop le cas en europe, ils savent que c est la ville choisie par zelaya pour sejourner au nicaragua avant son retour au honduras. Lui on ne le voit pas mais la presse oui et surtout tous ces honduriens qui ont traverse la frontieres sur les points aveugles pour appuyer le retour de leur president. Ils logent dans un gymnase (ouvert aux quatres vents, matelas apparement offerts par les nicaragueiens, vetements donnes et envoyes du Honduras...) J'y suis passe plusieurs fois.

mais si je commence sur ca je vais encore parler que du golpe.

 

En meme temps j ai du mal a parler du reste de ce que j ai vu depuis. D une part parce que je suis un peu dans une phase de pause (je suis actuellement dans des conditions de confort rarement rencontrés jusqu ici - internet a la maison fait il parti de mes criteres de confort ? - et ambiance detendue - et occidentale, question encore...) pas envie de m'etendre.

 

Il y a pourtant bien des choses a dire sur le Salvador, ce pays qui porte si bien son nom. Les bus dont la radio est branchee sur la frequence evangelique et ses preches interminables. Et les bus - vous aurez compris qu'ils me facinent beaucoup depuis le debut - sont un peu la partie emmergee de l'iceberg de leur pays respectif. Mais ces decouvertes sont aussi beaucoup liees a des histoires tres personnelles que j ai eu la chance de pouvoir connaitre (j ai fait une sorte d enquete sur les conditions de vie dans des communaute rurales, la pauvrete extreme) que j ai du mal a relater ici parceque ca ne m appartient pas. Ou peut etre parceque c est trop frais, trop dur aussi ?

 

A la suite de ca j ai rejoins un institut (ecole privee, en l occurrence pas specialement pour riches) au nicaragua et donne quelques cours sur les dechets avec l objectifs d inicier quelques changements sur la gestion des dechets dans l institut.

Puis je suis actuellement dans une asso de soutien aux agriculteurs. J observe plus qu autre chose leurs activites et projets et je discute beaucoup avec les volontaires - enfin pour le moment, les internationnaux... - sur tous ces projets. Beaucoup de questions donc sur les projets de devoloppement et autres aides etrangeres comme locales. Les reponses sont loin d etre evidentes donc encore une fois pas envie de m etendre la dessus, pour le moment.

 

pas mal pour une pause non ?



Publié à 03:43, le 4/08/2009, Ocotal
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

retard au decollage

grand nouvelle (je ne sais pas encore si elle est bonne ou pas, je pense que oui !) : je ne rentre plus le 31 juillet comme prevu initialement mais le vendredi 25 septembre (2009 quand meme) - Roissy Charles de gaulle, 13h55.

 

Je me donne un peu de temps pour bien profiter de la suite du trajet. Ce n'etais pas tres clair dans mon message precedent mais je suis au salvador depuis bientot deux semaines (regardez la distance Guatemala ciudad - San Salvador, je n'ai pas beaucoup avance... bon evidemment ca ce compte pas en kilometres, on pourrait compter sinon en medecins visites, la y a du trajet !)

 

donc voila un peu de temps en plus pour profiter et decouvrir.

 

J'aimerai vous parler de ce projet touristique de bahia de Tela au Honduras, ahurissant, desatre ecologique et social. D'Utila une ile bien etrange pleine d'anglais (honduras toujours) qui se sont crees la bas un petit paradis (a l'interieur de terre de l'ile vivent les latinos dans des conditions totalement differentes. De ce projet de centrale hydro electrique au nord du salvador qui va innonder sans dedommagement des dizaine de familles...

 

Mais la aussi le temps manque, on dit en septembre !



Publié à 19:18, le 21/07/2009,
Mots clefs :
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Ratrapage

ca faisait lomgtemps que je n'avais pas ecrit. Et pourtant j'ai pas mal de sujet qui traine mais que je crois je ne pourrai pas developper ici

 

d'abord pour finir avec le coup d'etat au honduras, enfin, pour moi, la bas c'est loin d'etre finit (d'ailleurs du salvador au nicarague, mon prochain trajet, il faut passer par le honduras et si la situation s'envenime je ne sais pas ce qu'il va se passer pour les frontieres et les bus... vais je rester bloque au salvador ?). Un mot rapide parceque les commentaires des lecteurs du Monde que j'ai pu lire m'ont beaucoup etonne. Certains doutent du caractere de coup d'Etat. Un truc : il y a une semaine, donc une grosse semaine apres le coup et quelques jours apres avoir reclame l'arrestation de Zelaya et publie 18 chefs d'accusation depuis usurpation de fonctions, a traison a la patrie, le gouvernement de Micheletti se dit pret a une amnistie... qui concernerait Zelaye, comme les acteurs du coup d'Etat...

 

Mais ce qui est interessant dans cette histoire c'est qu'on retombe sur les debat du Venezuela, de la Bolivie etc. Zelaya, meme s'il n'avait pas ete elu sur cette base, c'est peu a peu gauchise et rapproche de l'alternative bolivarienne, plus quelques mesures genre augmentation du salaire minimum... On peut voir le coup d'etat comme un coup d'arret de la droite, ou plutot ici des riches et possedants a cette derive, d'ailleurs y a qu'a voir qui soutien Zelaya, qui micheletti

 

Le probleme comme toujours c'est que ces dirigeants gauchisants sont un peu megalo et meme s'il s'en defend Zelaya se voyait peut etre bien president 4 ans de plus. Mais c'est pas pour ca qu'il q ete renverse, mais pour sa politique dangeureuse pour l'ordre etabli.

c'est un peu rapide et je pourrai developper, mais c'est la loi des cyber cafe on a pas toujours le temps.



Publié à 01:05, le 17/07/2009, Salvador
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien
<- Page précédente